Sélectionner une page

Année 2020, l’An I de la République bananière de Mantes-la-Ville

Le début du mandat de Sami Damergy est à l’image de sa campagne : il est marqué par le mensonge, l’incompétence et le clientélisme communautaire. Avec lui, ces maux ont été érigés en principes. C’est pourquoi, notre opposition sera sans complaisance.

Après avoir déposé un recours devant le tribunal pour faire annuler l’élection, un courrier a été adressé au préfet pour l’alerter des irré- gularités notées pendant le conseil municipal du 22 juillet : conseil municipal de facto à huis clos mais sans vote (en raison d’une annonce de huis clos sur le compte facebook de la commune), recrutement litigieux d’un collaborateur de cabinet, vote litigieux du compte administratif, subvention de 35000 euros au FC Man- tois sans convention d’objectifs et de moyens… La liste est aussi longue que grave.

De plus, à l’instar de Simplet (un des sept nains de Blanche Neige), Sami Damergy est resté muet pendant toute la séance de ce conseil, ne répondant à aucune de nos questions et laissant la pa- role à son adjoint Ari Benhacoun, un « technicien » arrogant qui ne connaît pas notre commune et qui a systématiquement éludé toutes nos questions ou botté en touche à chacune de ses interventions. Enfin, lorsque la nouvelle majorité a été interrogée à propos de ses intentions sur le projet de la nouvelle école Brochant de Villiers, elle a tenu un discours pour le moins surprenant. Alors que pen- dant la campagne électorale, le candidat Damergy a exprimé très clairement son hostilité à plusieurs reprises à ce projet, le maire/ marionnette (ou mairionnette) Damergy a laissé, une fois de plus, son adjoint marionnettiste/ventriloque Benhacoun expliquer docte- ment que la nouvelle majorité allait se donner le temps de la ré- flexion pour étudier le problème !!! C’est-à-dire que sur un sujet aussi important que la nouvelle école (grand projet estimé à 12 millions d’euros), le candidat Damergy n’a pas hésité à mentir pen- dant toute la campagne. Au moins, les Mantevillois sont prévenus : ils savent désormais que la « parole » (lorsqu’il daigne s’exprimer) de leur nouveau mairionnette n’a absolument aucune valeur et qu’il est donc indigne de confiance.

Enfin, le 31 juillet, Sami Damergy a souhaité une bonne fête de l’Aïd à la communauté musulmane via le compte facebook munici- pal en contradiction avec la loi et la tradition républicaine. Elu par des « communautés » grâce à des manoeuvres clientélistes, il est logique pour lui de ne s’adresser qu’à elles. C’est aussi dangereux que scandaleux ! Surtout quand les faveurs ou les avantages ne s’adressent qu’à une seule « communauté » : c’est le terreau de la division et de la haine.

Dans une affiche d’auto-promotion, Sami Damergy prétendait faire « place à la réconciliation ». Nous allons l’aider à se réconcilier avec la vérité, la loi française et l’intérêt général.

Groupe #RassemblementPourMantesLaVille