Sélectionner une page

Chères Versaillaises, Chers Versaillais,

 

L’actualité de ces dernières semaines rend incontournable l’évocation du mouvement des Gilets Jaunes. Ce mouvement populaire, citoyen, n’est pas uniquement la conséquence de la politique de Monsieur Macron, mais bien la conséquence de décennies d’errance politique. Le vase était déjà plein.

Les Français en ont assez de ces politiques qui se suivent et se ressemblent et qui conduisent les plus modestes, les plus fragiles à voir leur vie se dégrader au fil des années. Leur vie et celle de leurs descendants, ce qui ne fait que rajouter de l’inquiétude et de la colère.

Comment nos élites autoproclamées peuvent elles rester de marbre face à la détresse de millions de nos compatriotes ? des travailleurs pauvres, obligés de dormir dans leur voiture, des retraités dont les pensions permettent tout juste de survivre, des salariés précarisés par le chômage à la suite de la délocalisation de leur usine, des salariés à temps partiels, obligés de cumuler plusieurs emplois pour s’en sortir…

Et pendant ce temps, le coût de la vie augmente, les taxes et les impôts n’ont jamais été aussi pesants et même confiscatoires pour les TPE/PME.

Que faut-il qu’il se passe pour que les hommes et femmes politiques qui ont le pouvoir entre les mains comprennent le ras le bol et la détresse d’une majorité de Français et agissent durablement pour permettre de vivre de leur travail  ?

Les violences commises lors des manifestations sont totalement inadmissibles et leurs auteurs doivent être condamnés, mais malheureusement, le risque que ces violences s’installent durablement est bien présent.

Il est d’une violence extrême, qu’un homme de 68 ans se tue en tombant du toit de la Préfecture des Yvelines, à Versailles, début 2019. Cet homme avait une pension de retraite trop basse et devait encore travailler. Il nettoyait les gouttières de l’édifice lorsque le drame s’est produit… Il ne s’agit évidemment pas de « récupérer » cet événement si dramatique pour faire de la basse politique mais sans doute que cette situation illustre la vie de beaucoup de nos compatriotes.

La fracture est là, bien là. Le débat national dont l’organisation vacille à la suite du retrait de la Présidente de la Commission (suite à l’annonce publique de son salaire) est de la poudre aux yeux tel qu’il est prévu. Un débat « numérique » ! Les Mairies, échelon primordial de la vie politique et citoyenne doivent être placées au premier rang. Elles doivent jouer un rôle crucial et redevenir la courroie de transmission entre le peuple et les gouvernants. Il est indispensable de réduire la dépense publique, de revoir nos priorités économiques, de les recentrer et de rendre enfin possible ce qui est nécessaire. L’immigration ne sera pas un thème retenu dans ce débat national, l’Europe non plus, c’est un tort. Quitte à parler, nous devons parler de tout, sans tabou, sereinement, tout mettre « sur la table ». Il en va de notre cohésion et de notre avenir.

Belle année à toutes et à tous

 

 

Thierry Perez

Versailles Bleu Marine

contact@rassemblement-national78.fr

06 26 82 06 45