Sélectionner une page

Les bras m’en tombent

A force de tirer sur la corde, cela devait arriver. Lors de la campagne présidentielle pour ma famille politique j’ai organisé des dîners-débats dans l’hexagone. Il était déjà clairement exprimé que la France allait mal et que les Français souffraient. D’évidence une tempête couvait. Cette jacquerie, appelée Gilets Jaunes, comment nos dirigeants ne l’ont-ils pas anticipée ?  Que dire de la hausse des prix des courses et de celle des péages au 1er février ? Alors que l’électricité est plombée à 54 % par les taxes, une hausse est envisagée de 5,9% en juin. Pas de quoi calmer le gaulois réfractaire.

Amener les Français à débattre c’est bien. Mais leur demande est de pouvoir vivre dignement de leur travail et qu’on arrête de les « emmerder », comme l’avait résumé le Président Pompidou. Pour cela il faut une vision et une volonté claires, autre chose que la « Start-up nation » de l’actuel apprenti président.

Didier Rouxel Saint-Germain fait Front ! didandjo@yahoo.fr