Sélectionner une page

Chères Versaillaises, Chers Versaillais,

A l’heure où la politique, dans son sens le plus noble, semble être de plus en plus éloignée des Français, il est, à l’échelon local, une strate supplémentaire à celle des communes : la « communauté d’agglomération ».

Ainsi, Versailles Grand Parc regroupe 19 communes, est dotée d’un budget de 200 millions d’Euros et fonctionne avec 83 élus et près de 250 agents.

La gouvernance de cette communauté de communes est assez abstraite pour les administrés qui pour beaucoup en ignorent les domaines de compétences et ce, malgré des communications couteuses.

Cette strate a été conçue pour optimiser, rationaliser et mutualiser les actions, les décisions et les dépenses des communes. C’est en tous cas la philosophie.

Seulement voilà, après des années de mise en place, il est impossible d’en mesurer les effets sur le plan financier. Cette couche du millefeuille territorial est elle rationnelle ? A-t-elle permis aux communes de faire des économies ? A-t-elle permis de réaliser des actions que, seules, des communes n’auraient pas pu faire ?

Certes, il est des évidences qui semblent plaider pour cette instance mutualisée, comme la collecte des déchets par exemple.

En revanche, on peut légitimement s’interroger sur le résultat économique de cette entité. Les effectifs des personnels des mairies n’ont pas baissé, le nombre d’élus rémunérés est important, les frais de fonctionnement sont lourds… pour quel résultat ? Les Versaillais et les autres habitants des communes de Versailles Grand Parc ont-ils fait des économies ?

Car n’oublions pas que la France est championne, sans doute du monde, de la complexité administrative et du nombre d’élus par habitant : plus de 600.000 élus, soit 1 pour 100 habitants !

Il nous semblerait indispensable d’avoir un bilan objectif chiffré (et non un bilan « politique », sujet à subjectivité) de la valeur ajoutée de cette communauté de communes. La question a déjà été posée en Conseil Municipal à Versailles, mais aucune réponse n’a été apportée.

N’oublions pas que l’Etat réduit et continuera à réduire les dotations en faveur des communes. En clair, les villes vont devoir continuer à faire autant mais avec moins d’argent, à moins d’augmenter les impôts, ce qui n’est évidement pas souhaitable (même s’ils augmentent mécaniquement, sans pour autant que le taux soit relevé car la base, elle, augmente). Peut-être que des économies doivent être réalisées…

A l’échelle de la France, d’aucuns, de gauche comme de droite, ont dénoncé, dans des rapports très officiels et publics le gaspillage d’argent en mettant en cause directement les communautés de communes et en le chiffrant à 15 milliards de dépenses en trop, notamment sur les frais de personnel. Pire, une opacité règnerait sur la réalité des dépenses et sur les moyens de les « cacher ».

Alors, quand saura-t-on la vérité sur la rationalité opérationnelle et financière de Versailles Grand Parc ? Car, nous ne le rappellerons jamais assez : cet argent est le notre, le votre.

 

 

Thierry Perez

Versailles Bleu Marine

contact@rassemblement-national78.fr

06 26 82 06 45