Sélectionner une page

Lynchages, insultes, jets de pierre, guet-apens : les représentants de l’Etat subissent des agressions et des pressions de plus en plus violentes. Outre certains faits exposés à toute la France, les violences contre les forces de sécurité et de secours sont quotidiennes. A Plaisir, les quartiers du Valibout et de la Haise sont redoutés par les forces de l’ordre après plusieurs guet-apens et le Centre de Rétention Administrative fut même attaqué par des tirs de mortiers.

En effet, les policiers assurant notre sécurité sont de plus en plus fréquemment confrontés à de nouvelles formes de délinquance et d’armes qui mettent en danger leur intégrité physique et parfois même leur vie.

Pour assurer les conditions élémentaires de l’ordre et du secours public, il faut d’abord veiller à la sécurité de ceux qui sont chargés de notre bien vivre.

Ils ne peuvent pas compter sur le soutien du gouvernement actuel qui préfère la culture de l’excuse et le laxisme judiciaire. 35 policiers sont blessés tous les jours. En un an, on constate une augmentation de 60 % du nombre de policiers blessés par arme et 17 % d’augmentation de pompiers agressés.

Nous demandons le renforcement des moyens humains et matériels de la police et des pompiers et l’aggravation des peines lorsqu’il s’agit de crimes et délits contre les représentants de l’État. Il serait également opportun de prononcer l’injonction d’éloignement pour dissoudre les bandes criminelles et mettre fin au laxisme judiciaire en rétablissant les peines planchers.