Sélectionner une page

La restructuration du réseau de SQYbus, qui sera mis en place à partir du 3 septembre prochain, a été actée et entraînera une régression du service à Plaisir. La baisse du nombre de correspondances et d’arrêts isolera des quartiers et pénalisera des milliers de Plaisirois.

Cette nouvelle organisation du réseau démontre une nouvelle fois l’incapacité des élus plaisirois à défendre les intérêts de notre ville au sein de la Communauté d’Agglomération de St-Quentin-en-Yvelines. Les Plaisirois ne peuvent que se sentir lésés par une Agglomération qu’ils subventionnent sans avoir pu déterminer qui est en droit ou non de les représenter au sein de cette structure, une agglomération qui impose une pression sur les Maires qui ne font pas allégeance à une majorité non élue par les électeurs directement.

Il y a deux ans, j’aurais préféré me tromper lorsque j’intervenais en ces termes au Conseil Municipal : « Vos électeurs vous ont fait confiance pour prendre des décisions en votre nom et pour leur rendre des comptes directement, pas pour expliquer l’échec de futurs dossiers par la phrase « on n’y peut rien, c’est la faute de la communauté d’Agglomération » ».

Le Front National demande la fin des EPCI et que la répartition des réseaux de bus soit une compétence d’un Conseil Départemental renforcé, dirigé par des représentants élus démocratiquement à la proportionnelle et qui auront une vision d’ensemble avec le souci de mettre en place une organisation plus rationnelle et à l’écoute de toutes les communes.